Feminism à la Québécoise

Été 2012 Micheline Dumont,
Traduction: Nicole Kennedy

Micheline Dumont est une brillante historienne dont la voix fait autorité sur l’histoire des femmes au Québec. À titre de membre du collectif Clio, elle a corédigé de nombreux ouvrages innovateurs traitant du féminisme au Québec. En 2009, elle a eu l’idée d’écrire quelque chose pour les jeunes femmes qui n’ont peut-être pas conscience de l’histoire du mouvement féministe au Québec. Elle voulait faire un livre très accessible plutôt que savant et a choisi d’adopter la voix d’une grand-mère s’adressant à Camille, sa petite-fille. Dans un compte-rendu pour la revue érudit, Marie-Andrée Bergeron de l’Université Laval souligne que le ton du livre donne l’impression que l’auteure parle directement à sa lectrice ou à son lecteur et que la narration personnelle rend le récit vivant et dynamique.

 

Micheline Dumont photo

Micheline Dumont

Ce livre original étant un merveilleux cadeau pour les jeunes femmes francophones, les membres de la Société d’histoire féministe ont pensé qu’une version anglaise serait une formidable occasion de mieux faire connaître le féminisme québécois. Remanié pour rendre le livre plus accessible au lectorat hors Québec, cette traduction anglaise est aussi vibrante que l’original. Le livre est parsemé de nombreuses photographies, dont plusieurs ont été ajoutées depuis la première version. Bonne lecture et savourez à loisir les remarquables exploits des féministes du Québec.


Revues

«Bravo pour Feminism à la Québécoise! On y suit les aventures de Marie Gérin-Lajoie alors qu’elle tente de déjouer les évêques et devient la cible du journaliste antiféministe Henri Bourassa. On peut aussi admirer les artistes féministes irrévérentes et audacieuses des années 1970 (les photographies sont superbes!), et méditer sur les implications du massacre de Montréal et sur l’immense succès de la première marche des femmes contre la pauvreté. Le livre est captivant et tellement passionnant à lire: j’en veux cinq exemplaires…»

Nathalie Des Rosiers
General Counsel / Avocate générale
Canadian Civil Liberties Association / Association canadienne des libertés civiles

«À madame Dumont, nous levons notre chapeau. Une extraordinaire raconteuse, Dumont relate avec verve l’histoire du mouvement féministe au Québec, celle des luttes pour accéder aux études postsecondaires; pour devenir médecins, avocates, pharmaciennes, comptables et architectes «comme les Américaines»; pour être considérées légalement aptes; pour voter et pour se présenter en politique; pour contrôler notre sexualité et notre vie reproductive; et pour prendre notre juste place dans la société. Je ne saurais trop vous recommander ce bijou jalonné d’images de pionnières du mouvement féministe au Québec, de féministes en marche, de slogans et d’affiches.»

Josée Bouchard
Equity Advisor/Conseillère en matière d'équité
Law Society of Upper Canada/Barreau du Haut-Canada
130, rue Queen ouest
Toronto M5H 2N6

«Écrit et traduit dans une langue claire et accessible, illustré de photographies historiques exceptionnelles, cet ouvrage présente le féminisme au Québec à travers le regard d’une Québécoise. Le livre fascine tant par sa minutieuse reconstruction des événements et des organisations qui ont compté de 1893 à nos jours que par sa largeur de vue. Micheline Dumont s’adresse directement à sa petite fille et aux jeunes femmes d’aujourd’hui qui ne pourront qu’admirer l’audace de leurs grands-mères. La perspective de quelqu’un qui a vécu cette période socialement et culturellement importante réserve bien des surprises au milieu anglophone du Canada. Par son analyse implicite plutôt qu’explicite, l’auteure en arrive aux mêmes conclusions que d’autres avant elle: les organisations de femmes ont toujours dû capter l’intérêt des journalistes pour survivre et diffuser leurs points de vue; aucun parti politique n’a jamais concrètement soutenu les intérêts des femmes; des problèmes comme la violence, la garde des enfants et la pauvreté sont partout présents. Certains enjeux sont néanmoins particuliers au Québec, comme le pouvoir et l’omniprésence de l’Église catholique dans la société civile et en politique. Ce recueil d’histoire immensément utile doit se retrouver sur les tablettes de toutes les bibliothèques et entre les mains de toutes les personnes intéressées par l’histoire canadienne, les mouvements sociaux et les droits des femmes.»

Lorna Marsden
Université York
Juin 2012

Les commentaires sont fermés.